Le Soukouss

 Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Fusce vulputate tortor in nulla lacinia ac blandit massa condimentum. Donec pharetra adipiscing ante, ac convallis justo bibendum et. Cras dignissim fringilla consequat.
Pellentesque id tortor ut dui feugiat aliquam et sed leo. Quisque faucibus aliquet imperdiet. Nullam lacus neque, pellentesque non ultricies ac, suscipit vitae diam.
Nunc sapien mauris, imperdiet ac pellentesque quis, facilisis non sapien. Maecenas congue vehicula mi, id luctus mi scelerisque nec. Cras viverra libero ut velit ullamcorper volutpat. Maecenas ut dolor eget ante interdum auctor quis sed nunc. Proin faucibus, mauris vitae molestie sodales, erat nisi rhoncus justo, in placerat turpis elit sed eros.
Mauris molestie, justo et feugiat rutrum, arcu metus dapibus quam, sollicitudin tempus tortor dolor et nibh. 

Le soukouss est un style de musique dont l'origine est l'ancien Zaïre, devenu la République démocratique du Congo.

Il prend ses racines dans la rumba cubaine des années 1950. Il mélange le rythme kwasa kwasa avec le zouk et la rumba congolaise. C'est aussi une danse individuelle.

La musique congo-zaïroise connait une grande notoriété avec l'arrivée de musiciens belges qui initient certains artistes aux guitares, aux cuivres, aux orgues, par le biais du jazz.

Dès 1936, on assiste à la création des premiers orchestres utilisant des instruments à vent, cuivres et flûtes émergent, ainsi que les musiciens qui martèlent la grosse caisse. Les artistes, après avoir exploité les musiques d'importation, vont se tourner vers la rumba cubaine, puis différents courants musicaux fusionnés vont donner la rumba congo-zaïroise.

À la fin des années 1950, apparaît, un nouveau courant, dérivé de la rumba congo-zaïroise, le soukous, popularisé par Tabu Ley Rochereau de l'African Jazz et Franco de l'OK Jazz.

Le soukous est un style d'exécution du sébéné. Le mot « sébéné » vient de la déformation du mot anglais seven, et signifie « accord de septième », dans le jargon musical congolais ; il marque le changement de rythme caractérisant l'ancienne rumba congolaise. C'est une longue exécution instrumentale avec une prestation improvisée de guitare.

Le soukous a marqué tout le continent africain et a influencé de nombreuses musiques urbaines, telles que le makossa et plusieurs styles d'Afrique centrale, occidentale, ouest ou australe. Il est aussi très écouté en Colombie sur la côte Caraïbenne (Cartagena et Barranquilla) sous nom de Champeta africana.

Contrairement à la tradition qui a arrêté l exécution d’une chanson suivant le schéma couplet introductif/légère animation instrumentale/long couplet/courte animation instrumentale en guise de conclusion, les deux musiciens innovent : le couplet introductif est suivi d’une longue exécution instrumentale, le sébéné, au cours de laquelle la prestation du lead-guitar entièrement improvisée est mise en exergue. Le soukouss n’est pas, contrairement à ce que l’on pense le rythme de base de la musique congo-zaïroise moderne. Le rythme père, c’est la rumba binaire invariablement à deux temps.

JPG - 7.5 ko
Le soukouss/konono de Franco & l’OK jazz

L’OK Jazz de Franco l’appelle rumba odemba, une rumba authentique exécutée par des instruments d’importation mais s’appuyant sur des musiques traditionnelles comme le « konono », un folklore kongo (Bas Kongo) avec des chants aux consonances kikongo interprétés par les « atalakus » (animateurs, chanteurs, danseurs) lors des naissances, des mariages ou des funérailles. Le soukouss de l’OK Jazz est caractérisé par l’introduction du 6/8 à certains passages, un jeu de guitare syncopé genre rock, une section rythmique explosive (basse – percussions – guitare accompagnement) et des voix très aiguës. Dans son méga tube « Mario » (1985), Franco injectera quelques doses de makossa dans son soukouss/konono.

Soukouss, deuxème génération

Style d’exécution du sébéné, le soukouss diffère d’un orchestre à un autre, d’un compositeur à un autre ou d’un guitariste à un autre. En effet, le sébéné est traditionnellement fougueux et saccadé chez les partisans de l’OK Jazz, virtuosité chez ceux qui se réclament de l’African Jazz. Il prend par la suite d’autres noms, les mêmes qui désignaient les pas de danses créés de toutes pièces comme « kara-kara » (1960), « boucher » (1964), « apollo » (1969), « ngwabin » (1970)…Tous les orchestres des années 1970-1980 créeront leurs propres danses : « cavacha », « wondo-stock », « choqué-retardé », « sonzo-ma », « tara », « volant » et « wacha-wacha » de Zaïko Langa Langa, groupe phare de la deuxième génération du soukouss, « yuca » de Papa Wemba & Viva La Musica, « makassy calculé » de Pépé Kallé & Empire Bakuba ou encore le célèbre « kwassa-kwassa » de Kanda Bongo Man. 

JPG - 26.9 ko
Apparaissent à cette période plusieurs formations qui apporteront chacune sa touche personnelle : 4 Etoiles, Wenge Musica, Choc Stars, Anti Choc Stars, Langa Langa Stars, Yondo Sister, Zaïko Langa Langa Familia Dei, Zaïko Loningisa, Basilique Loningisa, Victoria Eleison.

Ndombolo et tchaku libandas

À la fin des années 1990 début 2000, deux nouveaux concepts dérivés du soukouss mais beaucoup plus accélérés voient le jour : le « ndombolo » et le « tchaku libandas », incarnés par des groupes ou artistes congolais (ou d’autres pays du continent) comme Koffi Olomidé, Extra Musica, Quartier Latin Academia, Werra Son, J.B. M’Piana, Pierette Adams, Ndombolo Splash, Fally Ipupa…