Emission du 7 novembre 2017

Panorama autour d’Aretha Franklin, baptisée "The Queen of Soul" ou encore "Lady Soul".

Aretha Louise Franklin voit le jour le 25 mars 1942 à Memphis (Tennessee), mais sa famille s'installe à Buffalo (état de New York), puis dès 1948 à Detroit (Michigan). Elle n'a que sept ans lorsque sa mère Barbara quitte le foyer familial, avant de décéder prématurément.

Aretha Franklin,chanteuse américaine de gospel, soul, funk, rhythm and blues et jazz, et musicienne est une voix emblématique de la communauté musicale noire américaine. Elle a vendu plus de 75 millions de disques et reste aujourd'hui l'artiste féminine ayant vendu le plus de disques vinyles de tous les temps.
Le père d’Aretha Louise Franklin est pasteur et c’est tout naturellement qu’elle rejoint avec ses deux sœurs la chorale de la paroisse. Bercée par le gospel, Aretha enregistre à seulement quatorze ans The Gospel Soul of Aretha Franklin, un premier disque dans lequel elle s’accompagne au piano.
Au début des années 60, elle s’installe à New York et travaille avec le label Columbia sans grand succès. Elle commence à se faire remarquer en 1967, lorsqu’elle s’associe avec deux producteurs - Arif Mardin et Jerry Wexler – qui lui permettent d’enregistrer sur le label Atlantic ses premiers grands tubes : I Never Loved a Man, Respect, Chain of Fools, I Say a Little Prayer ou encore Think. S’en suit une production constante pendant cinq ans.
Le début des années 1970 se poursuit sur un rythme équivalent et c’est durant cette période qu’elle enregistre ce que beaucoup considèrent comme l’un de ses albums les plus aboutis, Aretha Live at Fillmore West. Les années 80 voient la parution d’albums plus standardisés mais sa popularité ne faiblit pas : Aretha Franklin devient ainsi la première femme à rejoindre le Rock and Roll Hall of Fame, véritable panthéon du rock américain. Après plusieurs collaborations avec des artistes comme George Michael, Elton John ou encore Whitney Houston, elle fait paraître A Rose Is Still a Rose en 1998, un album davantage orienté vers le rap et le hip-hop. Puis, Aretha Franklin se fait plus rare sur scène : on peut néanmoins la voir aux côtés de Celine Dion, Mariah Carey, Gloria Estefan et Shania Twain lors du concert caritatif Divas Live 1998, ou interprétant l’hymne national à l’occasion de la finale du Super Bowl en 2006. Plus récemment, elle a chanté pour l’investiture du président Barack Obama.
Aretha Franklin en 6 dates :
1956 : Signe son premier disque à seulement quatorze ans.
1971 : Sortie de l’album Aretha Live at Fillmore West.
1987 : Devient la première femme à être honorée par le Rock and Roll Hall of Fame.
1994 : Se voit attribuer un Grammy Award pour l’ensemble de sa carrière.
2009 : Chante à la cérémonie d’investiture du nouveau président des Etats-Unis Barack Obama.
2014 : Donne un concert au festival de Jazz de Montréal.
Aretha Franklin a remporté 18 Grammy Awards en quarante-cinq ans de carrière, et détient toujours le record de la meilleure prestation vocale féminine R&B (Best Female R&B Vocal Performance) avec 11 victoires. (avec 8 victoires consécutives de 1968-1975).

Le 17 octobre 2014, Aretha Franklin sort un album de reprises nommé Aretha Franklin Sings the Great Diva Classics.

À 75 ans, l'interprète de I Say a Little Prayer, a annoncé sa retraite en février dernier, et prépare un ultime album pour ce mois avec Stevie Wonder. Mais elle a tenu à continuer la scène et les concerts. Au risque que sa santé puisse lui jouer de mauvais tours.
En cinquante ans de carrière, Aretha Franklin a radicalement changé la face de la musique américaine et a inspiré de nombreux jeunes artistes à se saisir d’un micro. Après avoir inscrit un total de vingt titres au Top 50, elle a annoncé cette année qu’elle prenait une retraite bien méritée. Il ne reste plus qu’à la remercier !
La reine de la soul réfléchit à se lancer dans une nouvelle aventure: ouvrir une boîte de nuit à Motor City, où elle pourrait chanter de temps en temps, et y faire revenir des artistes «spéciaux».
Le club «s'appellerait “Aretha's”(chez Aretha)», tout simplement.

Véritable symbole aux États-Unis, à l'instar d'un Ray Charles ou d'un James Brown, son art et sa pratique de la soul sont complètement imbriqués avec le mouvement des droits civiques aux États-Unis. De la même manière, dès les années 60, elle chante des tubes féministes Respect et Think dans lesquels elle incarne une femme qui ne se laisse pas dicter sa loi.
En 1967, Aretha Franklin reprend "Respect" d’Otis Redding et inverse le sens des paroles pour en faire un hymne au respect de la femme.